La Trobada Marinera d’Argelès : que du bonheur !

Avec l’arrivée de septembre, la chaleur s’atténue, les couleurs s’adoucissent et l’été lance ses derniers feux. On a alors envie de faire le plein et d’emmagasiner chaleur, couleurs, et rencontres conviviales pour se les repasser ensuite dans la tête pendant les longs mois d’hiver. Avec la Trobada Marinera d’Argelès, on a été servi !

P9024849.JPGaffiche

Organisée par l’association Els Amics de la Barca ND de Consolation, cette fête des barques catalanes, des voiles latines classiques et culture de la Méditerranée a tenu toutes ses promesses. Quarante équipages avaient répondu présent : depuis Palavas, Sète, et l’étang de Salses, jusqu’aux voisins de Catalogne du sud venus de L’Escala, Arenys de Mar et même Mataro, aux portes de Barcelone.

 

Quarante embarcations, des plus petites arrivées sur remorques, jusqu’aux plus grandes comme le Sant Ramon, ce Llaüt quillat construit en 1904 et ayant servi aussi bien à la pêche qu’au transport de cabotage. Une quinzaine d’heures furent nécessaires pour effectuer le trajet de Mataró, son port d’attache à Argelès ; traversée faite de nuit pour déjouer les plans d’une tramontane taquine. Avec ses 15 mètres de long (28 mètres et comptant l’immense bout-dehors et la bôme d’artimon), il nécessite une dizaine de membres d’équipage pour être mené. Vous êtes chaleureusement invités à monter à bord et les membres de l’association vous expliquent avec passion l’histoire de ce bateau et de son village d’origine, Vilassar de Mar.

P9024813.JPG
Le Sant Ramon

Poursuite de la balade en déambulant tranquillement le long du quai. Les barques s’alignent, rivalisant de couleurs vives. D’une embarcation à l’autre, on s’interpelle, on

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
De bien belles catalanes…

commente les bateaux des uns et des autres, on évoque des souvenirs de rassemblements de vieux gréements. On comprend alors le lien qui se crée entre ces équipages animés de la même passion et qui se retrouvent régulièrement pour ces rencontres de voiles latines autour du Golfe du Lion. Mais la convivialité n’est pas limitée à ce petit cercle et vous trouvez toujours quelqu’un disponible pour répondre avec enthousiasme à vos questions.

 

 

 

 

Bel Ange, l’Espérance, Sa Rata, Jeanine, Idéal, le Libre Penseur et tous les autres se balancent tranquillement sur les eaux abritées du port. Ce samedi, la sortie prévue a dû être annulée, la faute à une Tramontane soufflant à 30 nœuds (55 km/h), avec des rafales à 40 nœuds. Il faut dire que le Cap Béar est tout proche et ses colères connues de tous. Qu’importe, cela nous permet de voir ces belles demoiselles de près. Quelques embarcations se risquent quand même à des évolutions dans le port : l’Avi del Ché fait admirer manœuvres et virements de bords, tandis qu’un peu plus loin, un Optimist à gréement latin évolue avec deux enfants à bord. Ou comment initier les plus jeunes à cette pratique très spécifique de la voile.

A l’autre bout du quai, une reconstitution de cabane en roseau (habitat traditionnel des étangs) est exposée par l’association Bonança, de l’étang de Salses.

P9024866.JPG
Reconstitution de cabane traditionnelle en roseaux

La fin d’après-midi approche. Les couleurs se font plus douces et soulignent l’élégance des barques.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Des notes de jazz s’élèvent du Sant Ramon ; la foule s’approche et la musique qui swingue transcende ce moment. La Tramontane va porter loin en mer ce jazz traditionnel qui rapproche les hommes. La nuit risque d’être longue…

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s