Du vent dans les pales…Des éoliennes au large de Gruissan et Port-la-Nouvelle en 2021 !

EOLMED : c’est le nom du projet de ferme pilote d’éoliennes flottantes au large de Gruissan et Port-la-Nouvelle. Le but : démontrer la faisabilité d’exploitation et de production d’électricité dans ces conditions environnementales. Quand ça ? En 2021 si le timing est respecté ; c’est-à-dire, demain.

Ce projet intervient dans le cadre de l’engagement du gouvernement à développer des énergies renouvelables. L’éolien y a sa place. Pourquoi en mer : pour une meilleure efficacité avec des vents plus forts et plus réguliers. En revanche, on comprend aisément les difficultés d’installation et d’exploitation de ce choix comparé à une implantation à terre. L’objet de cette ferme pilote est justement de démontrer la faisabilité et l’intérêt de projets de ce type.

Les éoliennes en mer peuvent être posées ou flottantes. C’est ce dernier choix qui a été retenu, entre autres parce qu’il permet d’éloigner les éoliennes, donc de les écarter des zones de pêche côtière et de diminuer l’impact visuel. Chacune des quatre éoliennes (176 mètres de haut en bout de pâle, quand même…) sera donc installée sur une plate-forme en béton de 53mx53m pour 10m de haut. Ce socle qui pèsera 9 800 tonnes sera installé à une dizaine de milles au large, soit environ 18 km. Les fonds sont alors de 55m. Des câbles reliés à des ancres charrue enfouies à une quinzaine de mètres sous la surface de sable amarreront ces flotteurs.

 

schema-fonctionnement-parc-illustration-couleur-v3-n7ek9fxith2g5z0mgsaa3dffw9c44w60hode31iu24
Schéma d’implantation (fourni par Eolmed)

 

Un câble électrique conduira jusqu’à la terre le courant produit qui, après passage par un transformateur, sera injecté au réseau RTE. Son tracé définitif n’est pas encore adopté, mais il aboutira dans tous les cas à Port-la-Nouvelle. La production totale espérée (100 millions de kWh) correspond à la consommation annuelle de 50 000 habitants.

 

racco_Quadran_RTE (1).png
Implantation des éoliennes au droit de la Vieille Nouvelle et raccordement à terre (schéma fourni par Eolmed)

 

 

Quatre sociétés composent le consortium retenu : QUADRAN, installée à Béziers est porteur du projet, Bouygues Travaux Publics et IDEOL seront responsables des socles et des ancrages, SENVION fournira les turbines.

Les retombées économiques pour la région sont intéressantes. Les socles seront fabriqués à Port-la-Nouvelle, où seront également intégrées les éoliennes. Les travaux d’extension du port prennent en compte cette nouvelle activité. Le nombre d’emplois générés seraient de l’ordre de 150 pendant la phase d’installation, puis d’une cinquantaine pendant l’exploitation.

De nombreuses réunions publiques ont eu lieu ces derniers mois sur les communes littorales concernées. Et cet été, les porteurs du projet faisaient la tournée des plages pour expliquer leur démarche aux vacanciers.

Si l’on voit bien les impacts positifs (essentiellement économiques et écologiques), quels sont les problèmes que peuvent soulever de telles installations ? Une étude d’impacts a eu lieu tout au long de l’année 2017. Sont étudiés entre autres les effets potentiels sur les oiseaux et la faune marine ; on sait notamment que les vibrations se propageant dans l’eau peuvent faire fuir les poissons.

Malgré leur hauteur, l’impact visuel devrait être limité grâce à l’éloignement ; le photomontage présenté par Eolmed en donne une idée.

 

plage des chalets.png
Photomontage fourni par Eolmed. On distingue sur l’horizon les quatre éoliennes telles quelles seront vues de la plage des chalets à Gruissan

 

Les effets sur le trafic maritime devraient être faibles (la zone sera balisée, en revanche, il est conseillé aux plaisanciers de mettre à jour leurs cartes marines). D’un point de vue légal, cette zone réservée en mer devrait bénéficier d’une concession accordée par le préfet maritime.

Les conséquences sont plus importantes pour les pêcheurs, et notamment les chalutiers qui verront leur zone de chalutage amputée d’une certaine superficie qu’ils devront de plus contourner. D’où des surcoûts et un manque à gagner. Une concertation est en cours actuellement avec les professionnels pour envisager des compensations. Les petits métiers ne pêchant pas aussi loin ne devraient pas être autant impactés. On envisage aussi l’opportunité d’utiliser ces installations comme récifs artificiels, pouvant servir de nurserie à poissons.

07 novembre 061.jpg

Cette ferme pilote est l’une des quatre retenues par le gouvernement, les autres se situant au large de Groix (Bretagne), Faraman (Camargue) et Leucate (également dans l’Aude). La Région Occitanie ainsi que les communes concernées soutiennent pleinement ce projet.

Il sera intéressant de suivre son développement et de voir s’il produit les effets escomptés, tout en préservant les paysages, la faune et les intérêts de ceux qui vivent de la mer.

Informations complètes sur le projet Eolmed sur le site : http://www.eolmed.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s