les canaux du Midi (2/2)

Poursuite de notre balade le long des canaux de notre littoral.

Situé à la limite de l’Aude et de la Haute-Garonne, le seuil de Naurouze est le point de partage des eaux du Canal du Midi. C’est le génie de Riquet d’avoir su déterminer avec précision ce point géographique, où les eaux amenées par la Rigole de la Montagne Noire vont se partager entre Atlantique et Méditerranée. L’automne dernier, je discutais en ce lieu avec un jeune retraité. Après avoir exercé pendant 40 ans sur une péniche restaurant à Toulouse, il partait avec son épouse sans date de retour sur sa propre péniche circuler sur les canaux d’Europe. Il devait ainsi gagner Sète, ensuite embouquer le canal du Rhône à Sète, rejoindre le Rhône, enfin remonter jusqu’en Belgique et Hollande. Il m’expliqua même qu’il pouvait ainsi atteindre la Russie. Je réalisai alors que l’on pouvait en partant de Sète, de Port-la-Nouvelle ou du Grau-du-Roi arriver en bateau dans ces pays lointains.

 

P2174376.jpg
Le canal du Midi près du seuil de Naurouze

 

Le Canal du Midi donc. Venant de Toulouse, il escalade le seuil de Naurouze, puis descend tranquillement à travers le Lauragais, le Carcassonnais et le Minervois avant d’approcher le littoral. Nous ne retracerons pas ici l’histoire de l’œuvre géniale et visionnaire de Pierre-Paul Riquet. Citons juste l’écluse ronde d’Agde (à trois entrées) comme l’une des innombrables innovations techniques sachant allier prouesse

PA062093.jpg
Le canal du Midi aux Onglous

technologique et beauté architecturale. Le canal débouche dans l’étang de Thau aux Onglous, commune de Marseillan. Après avoir parcouru les 240 kilomètres de trajet depuis Toulouse, tirées par des chevaux sur le chemin de halage, les embarcations du canal traversaient l’étang de Thau, halées par des barques avançant à la voile ou à la force des rameurs. Ce n’est qu’au milieu du XIXème siècle que la Compagnie du Canal du Midi utilisa des bateaux à vapeur pour remorquer les péniches à travers l’étang. Aujourd’hui, aux Onglous, juste avant la sortie sur l’étang, les bateaux amarrés le long des berges sont parfaitement immobiles. De l’autre côté du canal, une grande et belle

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les Glénans à Marseillan

bâtisse du XVIIème siècle abrite le centre des Glénans. La fameuse école de voile, née en Bretagne juste après la Seconde Guerre mondiale, s’est implantée à Marseillan en 1970. On croise parfois des stagiaires arrivant avec des cartons débordant de nourriture ; ils se signalent alors d’un coup de cloche. Un jeune homme sort de la bâtisse sur l’autre rive, monte dans une petite embarcation et vient chercher l’équipage à coup de godille. Tout ici respire le calme et la tranquillité.

 

A l’autre bout de l’étang, Sète est sillonnée de canaux. On se balade sans fin sur les quais où sont amarrés les thoniers, chalutiers, et autres bateaux de plaisance, mais aussi les ferries et les cargos. Et lors d’Escale à Sète (du 27 mars au 2 avril prochains), ce sont les grands voiliers (dont l’Hermione) qui s’offriront au regard des passants.

Ici commence le Canal du Rhône à Sète. Prolongement naturel du canal du Midi, il permet de relier l’axe Sète-Toulouse-Bordeaux au réseau Rhin-Rhône. Long de 98 km, il ne dispose que de 2 écluses du fait de sa faible déclivité. Sa construction s’est faite par tronçons et s’est étendue sur un siècle (de 1723 à 1826). Son trajet est particulièrement spectaculaire au niveau des étangs Palavasiens qu’il traverse en leur milieu.

IMG_0138.jpg

Parfois, un hameau constitué de quelques maisons s’est formé au bord de l’eau. Celui situé près des Aresquiers paraît être au bout du monde. Un monde de poètes visiblement…

Le canal poursuit son chemin au milieu des marais et conduit à Aigues-Mortes, la cité fortifiée voulue par Saint-Louis au moment des croisades. Au pied des remparts, un embranchement permet d’accéder au canal maritime, construit sous Louis XV en 1752 pour remplacer l’ancien chenal qui s’était envasé.

 

IMG_0049.JPG
Canal du Rhône à Sète en haut, canal maritime en bas à gauche

 

Ce nouveau tracé mène au Grau-du-Roi. Là-bas, il faudra attendre que les ponts se lèvent pour accéder à la mer et filer vers le large…

Quant au canal du Rhône à Sète, il poursuit son chemin après Aigues-Mortes ; peu avant Saint-Gilles, une dérivation permet de rejoindre le Petit Rhône, tandis que le cours principal poursuit son chemin pour finalement se jeter dans le Rhône à Beaucaire.

Au-delà de ces canaux principaux existe un réseau infini de chenaux secondaires qui débouchent invariablement sur un étang ou un marécage. Souvent, quelques baraques ont été construites sur les berges ; parfois, une barque à fond plat est amarrée non loin de là. Elles symbolisent un mode de vie au ras de l’eau, existences précaires au plus près de la nature et en voie de disparition.

Cabanes de Salaison – Etang de Mauguio

C’est en suivant ces voies d’eau, en se perdant au milieu des roselières que l’on pénètre vraiment l’âme de ce pays.

DSCN0509.jpg

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s