Les Vieux Gréements de Canet-en-Roussillon, de la passion et de l’élégance

J’ai toujours eu un faible pour les vieilles élégantes…En tout bien tout honneur, évidemment…Et le weekend des 16 & 17 juin, j’ai été servi. A Canet-en-Roussillon était organisée la première édition des Voiles Classiques de Canet. Une quarantaine de vieilles coques étaient réunies pour l’occasion et réparties en deux catégories : les bateaux classiques et les barques catalanes. Que du beau monde. Mais pourquoi ici, à Canet ? Tout simplement parce que c’est le port d’attache de la plus importante flotte de vieux gréements de tout le littoral de l’Occitanie et du Pays Catalan.

IMG_0569.jpg
Comme beaucoup de villages de cette côte basse et sablonneuse, Canet a été construit quelques kilomètres en retrait du rivage. On se méfiait en ces temps-là de la mer et des agresseurs qui pouvaient en arriver. Les pêcheurs avaient alors coutume de tirer leur barque sur le sable une fois leur journée terminée. Puis, au 20ème siècle s’est créé Canet-Plage, et son port qui accueille aujourd’hui quelque 1 000 bateaux.
Au milieu des années 80, un groupe de passionnés se constitue en association et propose à la municipalité de regrouper tous les gréements anciens présents dans le port sur un même quai. Ce qui est fait. Depuis, le nombre de vieilles coques alignées le long du quai IMG_0478.jpgFlorence Arthaud n’a cessé d’augmenter. On en compte aujourd’hui une bonne cinquantaine ! C’est probablement la plus grande densité sur le littoral français méditerranéen. On y trouve d’abord quelques belles barques catalanes aux habituelles couleurs vives, avec l’antenne en travers du mât incliné sur l’avant. Suivent ensuite toutes sortes de bateaux : sloops, cotres auriques ou Marconi, ketch, goélettes tous plus beaux les uns que les autres. Beaucoup d’entre eux sont labellisés BIP (Bateaux d’Intérêt Patrimonial). La plupart proviennent de chantiers navals français, d’autres ont vu le jour à l’étranger : Italie, Ecosse (Aileena), Allemagne (Rhéa), Grèce (Royal Orchid). Si beaucoup ont été construits lors des années 60, 50 (Hégrégore) ou 40 (Notre Amour), d’autres affichent un âge encore plus respectable : Guarany (1927), et surtout Aileena, mise à l’eau en 1898.

 

Aileena.jpg
Aileena – photo Jean-Pierre LE ROUX

 

Ce cotre marconi est sorti du chantier écossais Mac Lean (architecte Alfred Mylne), concurrent du fameux chantier Fife créateur entre autres de Pen Duick. Un peu plus loin, c’est l’Obock, boutre arabe conçu par Daniel de Monfreid, fils d’Henry et dont l’histoire extraordinaire a déjà été contée sur ce blog (article de décembre 2015). Son intérieur est riche de bien des souvenirs.
Sur le quai, ça parle acajou, acacia, membrures, calfatage, étoupe et autres termes techniques qui sentent bon la marine d’antan. Et la notion de transmission prend ici tout son sens.

Ce samedi 16 juin règne sur le quai une agitation particulière : c’est la journée des Voiles Classiques de Canet, les premières du genre organisées par le club. Trente-six bateaux sont inscrits, dont une dizaine venant de La Nautique, du Barcarès, de Leucate, Gruissan, Sète, Argelès, Palavas…Ils sont nombreux à avoir répondu présent à l’invitation. On se salue, on aide les bateaux à accoster, on admire, on complimente…

IMG_0486.jpg
A 10h, le briefing est pessimiste : un BMS (Bulletin Météo Spécial) diffusé par Météo-France annonce un coup de vent pour l’après-midi. Les organisateurs maintiennent la sortie et demandent à tous de rester vigilant en cas d’évolution de la situation.
Les bateaux sortent les uns derrière les autres en une parade magnifique. En mer, une fois les voiles hissées, les unités tirent des bords devant la plage de Canet. Depuis la terre, IMG_0499.jpgle spectacle doit être magnifique. Sur l’eau, c’est du bonheur à l’état pur. Les embarcations se croisent, se dépassent ; les gros admirent les petits qui évoluent bravement dans un vent qui ne cesse de monter. Au bout de deux heures, le vent souffle à 25 nœuds, avec des pointes à 30-35. Pas question de casser du bois ou de déchirer de la toile. Les voiles sont affalées les unes après les autres et les bateaux rentrent au port.

La journée se poursuivra dans la convivialité et les échanges, en toute simplicité. On ne vient pas ici pour se faire admirer, mais pour partager ensemble le plaisir d’être sur l’eau sur des bateaux qui racontent des histoires. Rendez vous est pris pour 2020.
Le patrimoine de la région n’est pas constitué que d’arènes romaines, de cités médiévales et de châteaux cathares. Si cet été vous passez à Canet, allez faire un tour sur le quai Florence Arthaud admirer ces vieilles coques qui portent en elles de si belles histoires.

IMG_0505.jpg

Pour terminer, une petite vidéo de 3 minutes pour illustrer cette belle journée

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s