Port-la-Nautique, des galères romaines aux Voiles sur la lagune

Les lecteurs assidus (si, si, il y en a…) le savent, j’ai une propension certaine pour les bouts du monde. Ces impasses, ces lieux reculés qui ne mènent nulle part et qui vous conduisent parfois au paradis. Il y en a un à quatre kilomètres de la sortie de l’autoroute. Et pourtant, le dépaysement est garanti. Bienvenu à Port-la-Nautique, commune de Narbonne. Juste après le panneau indiquant que vous êtes arrivés, on est saisi par la beauté du site : l’étang étire à perte de vue ses quinze kilomètres de long. Sur son promontoire, le village de Bages semble veiller sur son domaine. Au loin, les iles vous invitent au voyage. Pas d’immeuble ou d’habitation démesurée, pas d’activité industrielle en vue, pas de route ou de voie rapide longeant la lagune. On est ici dans un lieu préservé.

IMG_1957.jpg
Arrivée à Port-la-Nautique

Passée la pinède où il est bon de faire la sieste les après-midi d’été, voici le port. Les deux bassins abritent quelques deux cent cinquante unités. Ici, la frime n’est pas de mise. Les plus grands bateaux ne dépassent pas sept mètres cinquante. La vraie limite est en fait le tirant d’eau, réduit dans une grande partie du plan d’eau. Dériveurs conseillés.

IMG_1966.jpg
En cette fin d’après-midi, un voilier se dirige vers le port, poussé vent arrière par une brise de sud. Sait-il qu’il suit ainsi le même trajet que les galères romaines il y a quelques deux mille ans ? Car nous sommes ici dans l’un des avant-ports de Narbonne, capitale de la Narbonnaise, cette province romaine conquise en 118 avant JC. En ce temps, cette zone lagunaire formée par les étangs de Bages, Sigean, Ayrolle, Gruissan formait un grand golfe bien abrité par un chapelet d’îles et un lido en formation, des tempêtes de vent marin qui poussent les navires à la côte. Dans ce refuge, plusieurs avant-ports sont créés: à Mandirac, au Castellou, sur l’île Saint-Martin près de Gruissan et à Capelle, sur le site même du port de La Nautique. A l’époque romaine donc, les navires de haute mer pénètrent dans la lagune, s’amarrent dans ces avant-ports et déchargent leurs marchandises. Celles-ci sont ensuite transbordées sur des barques à fond plat, les allèges et sont acheminées à Narbonne par voie d’eau, en empruntant le cours de l’Aude qui en ce temps traversait Narbonne pour se jeter dans le golfe au niveau de Mandirac. Narbonne était alors un port fluvial.
Les fouilles entreprises sur place à Port-la-Nautique ont révélé des milliers de pièces :

IMG_1981.jpg
Reproduction de l’ancre découverte sur le site

amphores, cruches, vaisselle, lampes à huile, monnaies, pièces en cuir et en bois (poulies). Une ancre magnifique de 3,57 mètres de long avec un jas en plomb de 200 kg donne une idée de la taille des navires (une trentaine de mètres) qui arrivaient ici. A terre, des entrepôts servaient au stockage des marchandises. Les découvertes de ces vingt dernières années ont mis en évidence un quai au bout duquel les navires pouvaient accoster.
Deux mille ans plus tard, on navigue toujours à Port-la-Nautique, mais plus pour les mêmes raisons. En 1907, un groupe de passionnés crée la Société Nautique de Narbonne et investit les lieux. Balades dominicales et régates sont au programme. Année après année, grâce à l’implication de ses membres, le port s’agrandit, se dotant de plusieurs bassins. Les photos d’archives nous montrent les bénévoles dans

Image1.jpg
Le Deux-Frères (photo « Les amis du Deux-Frères »)

la vase jusqu’aux genoux pour nettoyer les bassins quand cela est nécessaire. C’est donc avec beaucoup de sueur et d’huile de coude que le port est devenu ce qu’il est aujourd’hui. Sur les quais, les bateaux d’aujourd’hui côtoient une dizaine de vieux gréements. Il y a toujours eu à La Nautique des barques catalanes, des bettes d’étang et autres embarcations de caractère. Le plus ancien est le Deux-Frères. Cette barquette de travail catalane construite par le chantier Colomines à Banyuls-sur-Mer en 1911 a très vite été utilisée pour la régate. Dans les années vingt, elle rafle la plupart des courses organisées sur le littoral. Restaurée en 2007 par Yann Pajot dans le chantier du Conservatoire du Patrimoine Maritime et Fluvial, elle est depuis gérée par l’association Les amis du Deux-Frères qui propose une fois par mois des balades sur l’étang à partir de la Nautique et de Bages.

C’est cette même association qui était à l’origine de Voiles sur la lagune, rassemblement de vieux gréements qui s’est tenu du 30 août au 1er septembre derniers, avec l’appui de la Société Nautique de Narbonne et de son école de voile.

Vingt et un équipages avaient répondu à l’invitation. Venus d’Agde, de Canet, de Marseille, du Var, de Cagnes-sur-Mer ou de l’intérieur des terres, ces passionnés se sont retrouvés pour un weekend de balades sur l’eau, de régates, d’échanges et d’amitié. Barques catalanes, yole de Bantry, cotres, barquettes…étaient alignés le long du quai en attendant le départ. Tout au bout, le Gyptis attire les regards. Il faut dire que cette embarcation de 9 mètres de long est la réplique

IMG_2142
Un bateau cousu main…

d’une barque antique de pêche vieille de 2500 ans et retrouvée à Marseille lors d’un chantier place Jules-Verne. Reconstruite à l’identique, elle a la caractéristique d’être cousue ; 5 km de fil de lin ont ainsi été nécessaires pour assembler les planches qui constituent la coque du bateau, l’étanchéité étant assurée par un mélange de cire d’abeille et de résine de pin.

 

IMG_2134
Le Gyptis

Sur le quai, plusieurs stands sont installés : celui de Bernard Elne permet au visiteur de se familiariser à l’art du matelotage. Yann Pajot présente le travail effectué au chantier naval tout proche qu’il anime à Mandirac, sous l’égide du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée. Juste à côté, la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux)

IMG_2226.jpg
Maquette du village de pêcheurs

présente l’initiative ECO GESTE MEDITERRANEE, recueil de bonnes pratiques à l’usage des plaisanciers. Enfin, dans une pièce voisine est présentée l’étonnante exposition de maquettes reconstituant un village de pécheurs de cabanes en roseaux au bord d’un étang.

 

 

IMG_2194.jpg
Voiles sur la lagune

 

IMG_2200
Lors de la sortie du samedi matin, les rames sont employées pour suppléer au manque de vent. Mais l’après-midi, la brise de sud s’étant levée, c’est à un véritable ballet qu’assistent les nombreux visiteurs. La soirée se poursuivra par un repas sous la pinède, entre rires, échanges de souvenirs et chants de marins.
Il y a des moments où rien ne manque et où l’on est bien…
Prochaine édition : dans deux ans.

IMG_2184.jpg

Quelques liens :

https://www.ledeuxfreres.fr/

https://snnarbonne.com/

http://www.parc-naturel-narbonnaise.fr/

Le livre du centenaireIMG_1218.JPG

 

IMG_2183
A dans deux ans !

5 réflexions sur “Port-la-Nautique, des galères romaines aux Voiles sur la lagune

  1. Magnific escrit, Hervè.
    Aprofitaré algun viatge meu a Montpelier, per aturar-me i fer una visita a Port-la -Nautique.
    Soc un lector habitual dels teus escrits.
    Una forta abraçada.
    Pere de Prada
    Calella de Palafrugell (Girona-Catalunya del Sud)

    J'aime

  2. Bonjour, merci pour ces partages.
    Je connais et j’aime beaucoup cette région, ces sites, ces paysages.
    Et bien, je fais encore des découvertes sur tes pages merveilleuses.
    Continue à ravir nos yeux, à nous émerveiller…
    Cordialement.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s