Les Gardiens de Thau : pour que vive la lagune

Avec ses 7 500 hectares, ses vingt kilomètres de long pour huit de large et sa profondeur moyenne de cinq mètres, l’étang de Thau est la lagune la plus étendue du littoral languedocien. Elle est reliée à la mer par les canaux de Sète, mais également par le petit chenal de deux kilomètres qui mène à Marseillan-Plage. Elle est aussi, à la pointe des Onglous le débouché du canal du Midi. Lagune nourricière, il n’est pas étonnant que quelques villes se soient bâties sur ses rives : Sète évidemment, mais aussi Mèze, Balaruc, Bouzigues et Marseillan. Et l’ostréiculture y est reine, comme le rappellent les tables qui quadrillent l’étang.

Urbanisme, ostréiculture, plaisance et proximité du port de Sète : facteurs de risques pour la lagune

Ce milieu naturel est riche en biodiversité : il abrite poissons, oiseaux, mais aussi un habitant plus discret mais bien présent et qui constitue un véritable baromètre de l’état de santé de la lagune : l’hippocampe.

Bref, l’étang de Thau aurait tout pour être un petit paradis si certaines activités humaines ne lui infligeaient pas des blessures calamiteuses.

Heureusement, des associations veillent au grain. Et notamment la plus ancienne : Les Gardiens de Thau, ses ports et sa lagune. Cette structure est née d’une volonté : celle d’agir face à des pollutions récurrentes.

Catherine Chauzit, fondatrice et présidente me détaille la genèse de l’association. En 2011, elle est témoin d’une énième pollution aux hydrocarbures dans le port de Sète. Comme souvent, elle provient de la zone d’avitaillement des pêcheurs, près du môle. Constatant l’inaction des autorités (port, ville de Sète, agglomération), elle décide de porter plainte en son nom. Rapidement, quelques citoyens la rejoignent et montent le collectif Stop Hydrocarbures à Sète. La presse régionale puis nationale s’empare de l’affaire ; France 3, le magazine Voiles & Voiliers relaient le combat mené par ces citoyens qui n’acceptent pas l’inaction des pouvoirs publics face à cette pollution de la lagune. Car ces nappes d’hydrocarbures, poussées par les vents d’est, remontent les canaux et finissent dans l’étang. Or, ce dernier vivant en milieu quasi fermé, souffre particulièrement de ce type de pollution.

Chenal qui mène à l’étang

En 2012, le collectif se structure en association : Les Gardiens de Thau, ses ports et sa lagune.

Forte de ce nouveau statut, l’association parvient à mettre autour d’une table les différentes structures qui se renvoyaient alors la balle : ville, port, agglomération. Mais les antagonismes entre tous ces acteurs freinent l’avancée des travaux. Finalement, quelques progrès seront faits.

Mais Les Gardiens se veulent aussi source de solutions. Catherine Chauzit met la ville en contact avec le groupe Azur Trend, basé en Côte d’azur, et qui a développé la solution Eco Tank, barge de travail capable de récupérer jusqu’à 4 000 litres de polluants liquides ou 4 tonnes de déchets solides. Appelée à titre de démonstration, elle restera sur place pendant toute une période et notamment lors d’une des « Escale à Sète », la manifestation organisée tous les deux ans à Pâques.

Les activités des Gardiens ne se limitent pas aux hydrocarbures. Les membres participent à des opérations de nettoyage, organisées par leur association ou par d’autres. Jusqu’à une quarantaine par an pour certains des bénévoles. Ces actions consistent à ramasser les déchets présents en bord du bassin : plastiques, pneus, filets, cordages, fauteuils en plastique enlevés par le vent du pont des pénichettes qui traversent l’étang.… Des opérations sous-marines avec plongeurs permettent aussi de nettoyer les fonds. Dernièrement a été développé le concept de rando-déchets, consistant à se balader en bord de lagune et à récupérer au passage les petits détritus. Leur zone d’intervention comprend les rives d’étangs, les salins, le port, le lido et la digue des pêcheurs à Frontignan.

Opération de nettoyage (Photos : Les Gardiens de Thau)

En dix ans d’activité, Catherine Chauzit reconnait que la situation s’est bien améliorée. La pollution visible en bord de lagune a fortement diminué. Ceci grâce à l’action des Gardiens, mais aussi celle des autres associations qui ont vu le jour entretemps. Les efforts pédagogiques du lycée de la Mer, ceux du CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) du bassin de Thau contribuent aussi à faire évoluer les mentalités. Les conférences ou présentations de films régulièrement organisées par les Gardiens portent également leurs fruits. La sensibilisation est d’ailleurs l’un des objectifs de l’association qui tient aussi des stands lors de manifestations comme Escale à Sète. Toucher un maximum de personnes pour faire évoluer les mentalités.

Escale à Sète – photo : Les gardiens de Thau

Et oui, la situation s’améliore : les ostréiculteurs ont fait des efforts, même si parfois, des conteneurs laissés ouverts laissent partir au vent des déchets dus à l’activité ; et par ailleurs, certaines zones en bord d’étang (du côté du Pont-Levis notamment) sont désormais interdites aux véhicules, ce qui empêchera particuliers et entrepreneurs ou artisans indélicats d’y venir décharger leurs déchets.

Carcasse de voiture – photo : Les Gardiens de Thau

Mais la pression doit être maintenue : du côté du port, malgré les quelques efforts constatés, des pratiques restent malheureusement regrettables : les gros bateaux de pêches ont l’habitude de nettoyer leurs cales à grande eau, puis de les vider dans le port, emportant en même temps tous les résidus d’huile et de gazole. Deux plaintes ont d’ailleurs été déposées contre des thoniers en mars 2021.

Thoniers en plein cœur de ville

Tant que des particuliers iront faire leur vidange en bord d’étang et y abandonneront leurs batteries usagées, tant que des artisans iront y déverser leurs déchets, tant qu’il y aura des pollutions aux hydrocarbures en plein centre de Sète, l’action des Gardiens et des autres associations sera nécessaire. Alors si vous voulez les rejoindre pour nettoyer les bords de l’étang tout en passant des moments de grande convivialité entre membres au sein d’une belle nature, vous trouverez toutes les informations sur page Facebook ou leur blog.

Les Gardiens de Thau ses Ports et sa Lagune – Association pour la protection de l’environnement Sétois et de la Lagune de Thau (over-blog.com)

Pour que vive la lagune
Publicité

4 réflexions sur “Les Gardiens de Thau : pour que vive la lagune

  1. Je ne suis pas près d’oublier la foi où en bon touriste j’ai fait Sète Agde par la route entre l’étang et la mer par jour de grand vent….Je suis revenu à Sète par l’intérieur des terres….:-)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s