L’auteur et ses livres

 Photo H. GraubyNé à Carcassonne, Hervé Grauby se passionne très tôt pour ce littoral qu’il parcourt depuis plus de trente ans. A pied, en vélo, en bateau, il sillonne ce territoire de lagunes en canaux, et de criques en estuaires. Il se plonge dans les archives et rencontre les habitants. Ces paysages, il les a parcourus de mille façons pour mieux les pénétrer, pour le seul plaisir d’y être, d’y sentir la force du vent et la chaleur du soleil, d’observer la lente variation des couleurs sur les étangs quand la lumière décline, de ressentir la douce nostalgie de septembre quand les plages se vident. Parce que c’est un besoin, tout simplement.

Hervé Grauby est ingénieur et travaille à Toulouse.

Outre la découverte du littoral et l’écriture, il consacre ses autres loisirs à la musique et la navigation. Attaché à l’idée de transmettre, il propose des conférences sur le littoral et a déjà publié plusieurs livres.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le long des golfes clairs (Editions Mélibée) – Le livre qui a inspiré ce blog. Il s’agit d’une découverte insolite et personnelle du littoral. Une enquête de plus de 2 ans  qui a donné lieu à ce livre d’amateur (au sens de celui qui aime) : c’est une présentation subjective de cette côte telle que je l’affectionne, avec ses lieux secrets, ses anecdotes, ses histoires, ses blessures, son avenir aussi. Une balade qui nous conduira le long de la côte, du cap Cerbère jusqu’à la pointe de l’Espiguette, aux portes de la Camargue.

159 pages + cahier photo – disponible chez l’auteur (hgrauby@yahoo.fr)

Les tartanes de la libertéLes tartanes de la liberté (Nouvelles éditions Loubatières) – Roman historique décrivant la saga des marins gruissanais sous la révolution ; uniquement basé sur des faits réels, il décrit le quotidien des pêcheurs et marins d’un petit village côtier languedocien depuis la révolution jusqu’à la chute de l’empire.

En cette année 1788, le jeune Etienne, fils de pêcheur, vit une enfance paisible sur les bords de l’étang de Gruissan. Entre les aventures avec les copains et son grand-père qui lui enseigne l’art de la pêche et les rudiments de la navigation, il poursuit son initiation d’homme de la mer. Témoin puis acteur de la tourmente révolutionnaire, il va vivre au quotidien les bouleversements apportés par le vent de liberté qui va souffler sur le village. Adolescent, il s’embarque sur des tartanes de commerce pour de grandes traversées autour de la Méditerranée. Appelé sur les navires de la République puis de l’Empire, il va vivre les grandes batailles navales de l’époque, connaître les pontons et l’enfer de Cabrera, avant de revenir au village.Par des allers retours permanents entre petite et grande histoire, l’auteur nous entraîne dans le sillage de ces hommes, marins des tartanes de la liberté.

221 pages – disponible chez l’auteur (hgrauby@yahoo.fr)

Les étangs du narbonnaisLes étangs du narbonnais (Vert Azur éditions) – Cet ouvrage très illustré présente le monde étrange et fascinant des étangs du pays narbonnais. Il vous guide à travers les étangs et vous promène d’île en île. Il vous entraine dans son histoire maritime et vous présente ses richesses naturelles. Il vous propose enfin de rencontrer ses habitants à travers leurs occupations quotidiennes toutes tournées vers la mer et les étangs.

42 pages – disponible chez l’auteur (hgrauby@yahoo.fr)

 

 

 

En parcourant l'étang de Bages et de SigeanEn parcourant l’étang de Bages et de Sigean (éditions Lacour) – Découverte des étangs, de leurs îles, des villages qui les bordent, de leur histoire.

Épuisé

Publicités

3 réflexions sur “L’auteur et ses livres

  1. Bonjour,
    je me suis permis de mettre un commentaire sur votre article sur les prud’homes.
    Si vous avez des archives que vous voulez proposer au public, le Parlement de la Mer est en train de mettre en place un site sur lequel le grand public, les chercheurs et les professionnels pourraient gratuitement accéder à des documents d’archives. Seulement, il faut alimenter ce fond et nous essayons de faire un corps d’archives à diffuser. On commence par les archives prud’homales, parce que ce sont celles qui sont les plus en danger, étant donné la disparition des prud’homies, faute de combattants…
    D’autre part, nos associations du Patrimoine Maritime du Languedoc- Roussillon se sont émues des disparitions des chantiers navals traditionnels. actuellement, il ne reste qu’un seul « chantier – bois » sur la côte de Palamos à Sète, c’est le chantier BERNADOU à Canet. Un chantier créé ces dernières années, l’Atelier des Barques, institutionnel (Conseil Départemental des Pyrénées orientales), entretient la collection d’embarcations traditionnelles dont il a la garde. Il aide beaucoup de ses conseils, de son aide matérielle des barques associatives accueillies pour quelques mois sur son site de Paulilles ( je ne vous dis pas ce qu’il a été difficile de faire accepter cet accueil par le Conservatoire du Littoral, propriétaire des lieux…). Le « chantier de la plagette » à Sète, ancien chantier AVERSA, est visé par une démolition programmée par la Municipalité de Sète et nous essayons de le sauver, mais ce n’est pas gagné… Pourtant, il y a beaucoup de candidats à la profession de charpentier naval, mais ils ne restent pas dans la région et vont exercer ailleurs et même à l’étranger. C’est un combat que nous menons avec Michel ROHEE (propriétaire de l' »OBOCK ») au sein du Parc Marin du golfe du Lion et du Parlement de la Mer. Le monde politique nous écoute mais laisse se dégrader la situation…
    Je suis à votre disposition si vous voulez avoir de plus amples informations;
    Je suis très heureux de votre action pour nos rivages et notre Patrimoine Maritime et suis un lecteur de votre blog
    amicalement
    Bernard BANYULS

    J'aime

  2. Merci pour ce blog très intéressant et merci aussi pour la conférence au sujet d’Henry de Monfreid le Samedi 11 Mars au Palace de Sète. Bonne continuation sur les routes terrestres et maritimes de notre littoral. Amicalement, Jacques Barthès

    J'aime

  3. Bonjour Hervé. Je découvre enfin ton blog très intéressant. Ce qu’on appelle « le 7e continent » me désespère,mais je suis heureux de lire qu’une association s’intéresse au sujet. Je rentre d’un voyage sur l’île de La Réunion, aux paysages magnifiques mais dont la pollution est abominable. Je ramasse moi-même volontiers des déchets sur les plages et ailleurs, au gré de mes promenades, mon idée étant que si chacun en faisait autant,ce serait bien mieux pour tout le monde et pour la planète…. Hélas, je crois que je suis un doux rêveur, et mes divers ramassages se passent souvent sous l’oeil goguenard des baigneurs,ce qui m’est égal…
    Je vais voir de quelle façon m’impliquer davantage. Nous en rediscuterons ensemble.
    Merci en tous cas de nous aider à découvrir ce très beau coin de France qu’est le littoral audois.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s